PCJ de Cinkassé : le PM constate le bon fonctionnement du poste

PCJ de Cinkassé : le PM constate le bon fonctionnement du poste

Partager sur :

Partager sur facebook
Facebook
Partager sur twitter
Twitter
Partager sur linkedin
LinkedIn
Partager sur whatsapp
WhatsApp

La libre circulation des personnes et la fluidité des marchandises sur le corridor Lomé-Ouaga-Niamey tient à cœur le gouvernement togolais. Mme le Premier ministre, Victoire Tomégah-Dogbé, était ce mercredi 20 avril 2022, sur le site du Poste de contrôle juxtaposé (PCJ) de Cinkassé dans le cadre du conseil des ministres délocalisé dans cette ville.

Cette visite a permis à Mme le Premier ministre, de voir les avancées enregistrées par la mise en place de ce poste depuis 2010 et constater ce qui reste à améliorer pour la fluidité des marchandises et la libre circulation des personnes, conformément à la vision des dirigeants de l’UEMOA et de la CEDEAO.

« Le nombre de personnes et le volume de marchandises qui quittent le port autonome de Lomé et transiter par ce corridor est très important. Nous sommes venus pour constater le bon fonctionnement de ce poste. Dans le cadre du conseil des ministres délocalisé à Cinkassé, Mme le Premier ministre est venue elle-même voir le fonctionnement du poste. », a déclaré le Ministre Affoh Atcha-Dédji, des transports routiers, aériens et ferroviaires.

Selon le Ministre Atcha-Dédji, quelques divergences sont à relever, notamment, la concordance entre les Burkinabè et les Togolais sur les horaires de travail. « Un camion qui quitte Lomé et qui arrive à Cinkassé, du côté togolais les formalités sont faites mais si le Burkina est fermé, ça crée un blocage. Le Premier ministre a écouté les différents chefs de services pour voir comment améliorer un certain nombre de points, comme le fonds de garantie qui n’est pas le même entre les deux pays. »

Mis en service en 2010, le PCJ de Cinkassé est composé d’un poste de pesage, de la police, des bureaux de douanes, d’un scanner, d’un parking et de plusieurs autres agences frontalières.

www.primature.gouv.tg

À lire aussi :